Pouvons-Nous Aider les Autres, et Comment

Beaucoup d’entre nous avons choisi notre métier parce que nous nous sentions « appelés » à aider les autres. Quant à ceux pour lesquels ce n’est pas le cas, ils sont amenés chaque jour à essayer d’aider leurs proches : conjoint, enfants, parents, collègues, amis… La liste est longue.

Lorsque vous vous lancez dans cette entreprise – toujours avec les meilleures intentions du monde bien sûr – vous vous apercevez vite que :

  • vous vous épuisez pour rien ou pour pas grand chose ;
  • ou que la personne finit par s’en remettre complètement à vous et que cela vous pèse au bout d’un moment.

Dans le premier cas de figure, vous remarquez que malgré vos sages (à vos yeux!) conseils, votre ami finit par n’en faire qu’à sa tête et cela vous agace d’avoir passé trois heures au téléphone pour finalement en arriver à ce résultat qui ne correspond pas à celui que VOUS escomptiez.

Dans le second cas, en prenant en charge la personne et en réussissant – avec son consentement – à l’influencer, vous l’avez tout simplement privée de sa capacité de jugement, et surtout vous lui avez retiré son pouvoir personnel.

Or, souvenons-nous toujours que chaque individu, aussi jeune soit-il, aussi indécis soit-il, possède en lui TOUS les moyens d’accéder à sa vérité propre.

Et que ce n’est pas notre rôle de le priver de ce pouvoir personnel puisqu’il est, tout comme nous, un être divin à part entière.

Pourtant, vous le savez, nous sommes entourés de personnes qui ne cessent de nous demander notre avis sur tout.

Si vous êtes déjà coach ou thérapeute, ou que vous exercez une profession d’accompagnement, vous savez déjà qu’à une demande de conseil vous répondez en général par une question renvoyant la personne à elle-même et que c’est ainsi que vous pouvez réellement l’aider.

Je prends un exemple : à un client ou à un ami qui vous demande s’il doit – à votre avis – quitter sont conjoint, vous pouvez répondre :

« Dans quel cas de figure t’imagines-tu le mieux, le plus léger, ou le moins mal ? Quelle situation te rendrait le moins malheureux, sans envisager que ton conjoint change bien sûr ? Est-ce à l’idée de vivre séparé ou à l’idée de continuer de vivre cette situation qui te dérange ? ».

Si vous tenez ce discours, vous aidez la personne à retrouver son plein pouvoir et sa capacité de discernement. Mais si vous entrez dans le jeu du conseil « à ta place, je ferais ceci ou cela », de toutes façons vous n’avez pas une attitude juste puisque vous n’êtes pas à la place de cette personne !

Et de plus, une fois encore, vous vous substituez à elle et lui enlevez sa possiblité d’exercer son discernement.

Avez-vous remarqué qu’un grand nombre de personnes se croient devoir vous donner leurs conseils même lorsque vous ne leur demandez pas leur avis !

Ainsi, dès que vous faites part d’une nouvelle décision à quelqu’un (ami, proche…) celui-ci ne peut s’empêcher de commenter votre choix alors que vous n’étiez qu’en train de l’informer ! Ce qui est très souvent source d’agacement des deux côtés.

Vous, parce que vous n’avez rien demandé et que vous avez déjà pesé le pour et le contre, envisagé tous les cas de figures, examiné avec soin toutes les solutions possibles et que cela vous irrite de voir votre ami qui ignore tout ou presque de la situation vous donner son avis.

Votre ami, parce qu’il sera déçu de constater que vous ne tenez aucun compte de son point de vue.

En fait, j’ai toujours constaté que – tout comme moi-même – chacun finit par ne faire que ce qui LUI semble le mieux (et qui pourra varier d’un moment à l’autre), et c’est non seulement normal mais aussi extrêmement souhaitable.

Je vous ai déjà parlé dans un précédent article du fait que nous ne pouvions jamais influencer qui que ce ce soit sans qu’il nous en donne l’autorisation. Bien sûr, il existe des techniques de persuasion utilisées tous les jours par les avocats (dont c’est le métier), les « bonimenteurs » qui utilisent leur baratin pour vous convaincre que vous avez besoin du produit qu’ils vendent. Il existe aussi des spécialistes de la persuasion présents par exemple dans les sectes : mais là encore, ces personnes très douées ne font que réveiller un rêve enfoui au fond de la personne et de lui proposer de l’atteindre grâce à elles.

Pour en revenir à la question de départ de savoir si nous pouvons aider les autres, si c’est souhaitable, et comment le faire, vous avez déjà compris que le principe est de ne jamais intervenir (sauf en cas de vie ou de mort bien sûr) si la personne ne vous le demande pas. Nous n’avons pas à imposer notre aide à autrui, même si c’est pour ce que nous considérons être son « bien ».

Deuxièmement, dans le cas où la personne vous demande votre aide – ce qui est le cas en particulier de celles qui viennent en consultation chez un thérapeute, un coach, un accompagnateur - vous ne lui donnez pas de réponse toute faite, mais vous la renvoyez à elle-même de façon à ce qu’elle retrouve son plein pouvoir personnel et son discernement. Et vous constaterez que la personne repartira éclairée, comme si vous lui aviez fait un cadeau extraordinaire qui viendra en réalité d’elle-même.

Quelle est la meilleure façon d’aider nos proches et ceux qui nous le demandent ? Il va s’agir pour nous d’apprendre à rester le plus possible aligné : cet état de sérénité et d’harmonie avec la Source et avec notre Etre Divin intérieur, est ce qui nous fait rayonner en quelque sorte. C’est aussi ce qui nous permet non pas d’influencer les autres sur lesquels nous n’avons aucun pouvoir, mais de les appeler à s’élever en vibration pour atteindre celle dans laquelle nous nous trouvons.

Cette question de l’alignement étant essentielle, puisqu’elle est la base de tout enseignement sur la Loi d’Attraction, j’y consacrerai prochainement tout un article.

En attendant, sentez-vous le mieux possible et vibrez haut de façon à ressentir la joie à chaque instant, quoi que vous puissiez vivre !
Danny KADA

Cette entrée a été publiée dans LOI ATTRACTION, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed

Les commentaires sont fermés.